top of page

Dr. NICOLAS LAPORTE

Une photo de moi à Torres del Paine (Chili)

Je suis actuellement Astronome-adjoint (permanent) au Laboratoire d'Astrophysique de Marseille d'Aix-Marseille Université travaillant sur la nature et les propriétés physiques des premières galaxies en utilisant les plus grands systèmes terrestres actuels (ALMA, GTC, Keck, VLT , etc...) et les télescopes spatiaux (HST, Spitzer, JWST).  Je suis également fortement impliquée dans les activités de sensibilisation, notamment celles dédiées aux enfants.

PROCHAINES CONFÉRENCES

[OUTREACH]
Voyage aux frontières de l'Univers
[Chateaudun / France ]
17.05.2024
[OUTREACH]
Pint of Science

[Martigues/ France ]
14.05.2024
New insights on the properties of the first generation of galaxies from the JWST
[Hanoi / Vietnam ]

23.05.2024
[OUTREACH]
Dans les coulisses des premières observations du JWST
[Marseille / France ]

27.05.2024

MES DERNIERS RÉSULTATS

timeline.png

De nouvelles observations de six des galaxies les plus éloignées actuellement connues ont permis de déterminer le moment de la première lumière dans l’Univers, connu sous le nom d’« aube cosmique ». Le nouvel ouvrage est publié dans Avis mensuels de la Royal Astronomical Society, et met en lumière ce qui pourrait être l’une des premières galaxies formées dans l’Univers. (Communiqué de presse RAS)

Fujimoto2021_ALCS_sky.jpg

À l’aide du réseau ALMA (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array), les astronomes ont découvert un bébé galaxie en rotation faisant 1/100ème de la taille de la Voie lactée à une époque où l’Univers n’avait que sept pour cent de son âge actuel. Grâce à l'effet de lentille gravitationnelle, l'équipe a pu explorer pour la première fois la nature des "galaxies normales" petites et sombres de l'Univers primitif, représentatives de la population principale des premières galaxies, ce qui fait progresser considérablement notre compréhension de la phase initiale de l’évolution des galaxies. (Communiqué de presse NAOJ)

Les astronomes ont utilisé les observations du Large Millimeter/submillimeter Array (ALMA) d'Atacama et du Very Large Telescope (VLT) de l'ESO pour déterminer que la formation d'étoiles dans la galaxie très lointaine MACS1149-JD1 a commencé à un stade étonnamment précoce, seulement 250 millions d'années après le Big-Bang Cette découverte représente également l'oxygène le plus éloigné jamais détecté dans l'Univers et la galaxie la plus lointaine jamais observée par ALMA ou le VLT. Les résultats paraîtront dans la revue Nature le 17 mai 2018. (Communiqué de presse de l'ESO)

"Les astronomes ont utilisé ALMA pour détecter une énorme masse de poussière d'étoiles brillantes dans une galaxie observée alors que l'Univers n'avait que quatre pour cent de son âge actuel. Cette galaxie a été observée peu de temps après sa formation et est la galaxie la plus éloignée dans laquelle de la poussière a été détectée. Cette observation est également la détection d'oxygène la plus lointaine dans l'Univers. Ces nouveaux résultats fournissent de toutes nouvelles informations sur la naissance et la mort explosive des toutes premières étoiles. (Communiqué de presse de l'ESO)

"À scrutez l'univers lointain c'est aussi remonter le temps. Les chercheurs observent la petite galaxie, qu’ils ont surnommée Tayna, telle qu’elle existait il y a 13,8 milliards d’années. L'univers primitif était probablement peuplé de nombreuses galaxies nouveau-nées, mais peu ont été observées auparavant en raison de leur extrême faiblesse. " (Communiqué de presse HST)

bottom of page